Nos actus

Témoignage de Frédéric, aidant pour sa maman

Voici notre premier témoignage d'aidant :  Frédéric, 56 ans. Département du Loiret (45). 

Je souhaite apporter un témoignage personnel concernant la situation d'un fils qui doit aujourd'hui faire face au vieillissement de ses parents et est confronté au fait de devoir préparer et assumer un nouveau rôle, celui d'assistance à ses parents qui habitent à plus de 100km de mon domicile. Mon père est décédé l'année passée et l'attention est aujourd'hui à porter sur ma relation à ma mère et ses besoins pour bien vivre à plus de 86 ans. Passé le moment difficile du décès de mon père, pour mon frère et moi mais aussi et surtout pour ma mère, une nouvelle vie s'installe avec ma mère seule, quoique bien entourée et encore très autonome, dans la maison familiale dans un petit village.

Temoignage

Nous ne sommes pas encore en situation de devoir aider notre mère au quotidien ou à palier de graves invalidités. Il nous faut cependant préparer l'avenir, mettre en place les "petites choses" qui vont soulager et qui pourront monter en puissance si un incident venait menacer son autonomie. Ce n'est psychologiquement pas évident pour notre mère comme pour nous. C'est un renversement de valeur qui fait dorénavant que les enfants deviennent une forme de référent pour leur mère.  Symboliquement ce n'est plus elle qui s'occupe de nous mais nous qui devons nous préparer à nous occuper d'elle.

Cela passe tout d'abord par une bonne entente avec mon frère même si dans la vie quotidienne nous n'avons jamais été très proches. Il est de notre responsabilité, pour notre mère, de ranger nos vielles divergences et d'agir de façon solidaire et complémentaire en fonction de nos personnalités. Plus facile à dire qu'à faire ! Pourtant cela est essentiel pour le bien être de notre mère comme pour augmenter notre capacité à être présent et à bien l'entourer. Nous concernant, cela c'est passé assez naturellement sans besoin de grandes explications. Nous sommes présents, même à distance, et cela vient beaucoup réconforter notre mère tout en l'apaisant sur les inquiétudes au quotidien. Ce confort affectif me semble essentiel pour elle

 Il est nécessaire de ne pas attendre les problèmes et si possible de les anticiper. C'est une évidence, mais accepter le vieillissement de ses parents n'est pas simple et pas toujours de nature à amener de la clairvoyance. Dans notre situation, il s'agit de préparer la dépendance qui va s'installer avec ce que nous pouvons faire nous même et ce que nous devons éventuellement commencer à "déléguer".

Pour nous, les petites choses au quotidien sont très importantes : une chambre et salle de bain de plein pied, plus de zones à risque dans la maison, insister sur la venue d'une femme de ménage qui au-delà de faire le ménage est une présence régulière dans la maison etc. Il faut également partager les questions concernant les revenus, qui dans notre cas sont assez modestes, pour bien assurer l'indépendance à laquelle tient par-dessus tout notre mère et permettra si besoin qu'elle puisse intégrer une maison de retraite sans faire appel à nous. Il faut veiller également à ce qu'elle soit bien entourée dans le village et qu'elle ne se referme pas chez elle. La maison familiale a toujours été très ouverte, et j’essaye qu’elle le reste en poussant ses amis mais aussi les miens à passer pour l'apéro ou le dîner par exemple. Il faut également aider à la prise de contact avec le centre d'action sociale via la mairie pour préparer un besoin d'assistance plus important.

Rien de tout cela n'est original, je tenais simplement à dire que dans notre cas concernant notre mère encore très autonome et avec une volonté affichée de l'être, les enfants doivent être vigilants pour être présents sans excès, être aidants sans assistanat encore, être référents avec des conseils avisés sur tous les sujets de la vie. Cela prépare un avenir qui passera indéniablement par plus de présence de notre part et de la part de services spécialisés.

Pour terminer, je dirais qu'il ne faut pas laisser s'installer la solitude qui rendra tout plus compliqué à gérer même si nous n'habitons pas tous les deux à proximité immédiate de notre mère.  Cela ne doit pas être non plus un fardeau pour nous et nous devons toujours communiquer une énergie positive et trouver le moyen d'entourer notre mère comme elle nous a entouré quand nous étions enfant. C'est en tout cas ce que j'ai promis à mon père.

 

 

Toute nos actus >